Archives du mot-clé souffrance

Spécial Cerveau, Stress et Anxiété – Pourquoi souffrons-nous ?

special cerveau stress anxiete pourquoi souffrons nous

Nous vivons dans un monde qui a le privilège d’être étrange et cohérent, incohérent et stable ; en résumé notre monde est complexe et paradoxal, et au milieu de cela nous trônons avec notre cerveau qui tente de maintenir un semblant de vérité.

  • Comment y arrive-t-il ?
  • Qu’est-ce qui peut le faire échouer dans sa quête ?
  • Pourquoi sommes-nous anxieux, tristes ou déprimés alors que tout se passe bien dans notre vie ?
  • Suis-je vraiment un être indépendant et distinct du monde qui l’entoure ? Le monde est-il cohérent ?

Ce sont quelques-unes des questions auxquelles nous répondrons dans ce dossier consacré au cerveau, à l’évolution et à l’ACT. Lire la suite

Pourquoi les contes de fées se terminent par ils vécurent heureux… ?

Pourquoi les contes de fées se terminent par ils vécurent heureuxPourquoi est ce que les contes de fées se terminent toujours par ces mots : « ils vécurent heureux… », couperets annonciateurs d’une suite aux courbes vaporeuses, on devine sans pour autant en savoir plus.

Voyons cela de plus près…
Si les livres ne parlent pas de la félicité qui suit le malheur ce n’est pas par manque d’intérêt, le bonheur mobilise et passionne les foules depuis bien longtemps.
Déjà et encore, Socrate l’abordait dans l’Euthydème, sous forme d’un dialogue avec Clinias, se livrant à son exercice favori, le questionnement (socratique) :

« SOCRATE (S) – Est-il vrai que nous autres, hommes, nous voulons tous être heureux ? Cela est stupide, sans doute, de poser des questions pareilles; car qui ne veut pas être heureux ?
CLINIAS (C) – Personne.…. »

Ensuite, lorsque du bout des doigts on tape « bonheur » sur Google, instantanément nous obtenons environ 98.700.000 résultats (je n’ai pas tout lu et n’en connais donc pas toute la pertinence). Lire la suite

Malheur et bonheur dans les contes de fées, un couple improbable ?

Flânant dans mon salon j’écoutais d’une oreille distraite la radio, le groupe téléphone me parlait de la terrible histoire des boires et déboires de cendrillon :

« ….Cendrillon pour ses trente ans
Est la plus triste des mamans
Le prince charmant a foutu l’camp
Avec la belle au bois dormant… »

Malheur et bonheur dans les contes de fées, un couple improbableQuelle déchéance, quelle horreur et quel désastre, une histoire des temps modernes, emplie de trahison, de tromperie, drogue et de sexe.
Titillée par ces mots, ma curiosité m’a poussé à parcourir les contes qui trônaient sur l’armoire du salon afin d’y découvrir finesse, légèreté, magie et poésie. Mes souvenirs me susurraient des chuchotements  qui parlaient de prince charmant et de belle au bois dormant.
La réalité en est bien autrement, voici entre autres ce que je découvris en résumé en tournant les pages de l’innocent Petit Poucet : Lire la suite

ACT en Médecine Générale : exemple d’une malade atteinte de constipation chronique

Josiane, patiente de 43 ans,  me consulte pour un problème de constipation dont elle souffre depuis « toujours ». Pour l’instant, elle le gère vaille que vaille avec son hygiène de vie. Faire de l’exercice physique, manger légumes, fruits et céréales complètes, boire beaucoup d’eau, dont de l’eau tiède à jeun, tout cela l’aide quand elle est coincée. Elle a par ailleurs déjà « tout » essayé.

Nous abordons la question sous l’angle de l ‘ACT.

Les valeurs en jeux sont la santé (elle est là pour ça), la légèreté et l’autonomie.

ACT en Médecine GénéraleLa souffrance physique qu’elle ressent dans son corps, s’apparente à une lourdeur, un ballonnement.
Quand elle se retrouve aux toilettes, et que par hasard, un de ses enfants, ou son mari lui parle ou même fait un peu de bruit à proximité, elle se retient et  la pensée que « c’est fichu, cela ne sortira plus » lui traverse l’esprit. D’ailleurs, « elle a toujours été constipée ». Ce qu’elle ressent s’apparente à de la peur d’avoir honte au cas où on la surprendrait.
Depuis aussi longtemps qu’elle puisse s’en souvenir, l’activité de déféquer ou d’avoir des flatulences, « ça ne se fait pas ». On n’en parle pas, c’est grossier, on se cache pour les exercer, et pour peu que l’on ne soit pas strictement seul, on se retient. Si on m’entendait, quelle honte…!
A mesure qu’elle nomme les pensées, elle réalise déjà comme elle a pu se laisser tyranniser par son esprit et elle repère les amalgames entre certains mots/jugements et la fonction en elle-même.

Décodons cela sur la matrice: Lire la suite

La souffrance et les 4 piliers de l’approche ACT

La souffrance et les 4 piliers de l'act

Il est assez difficile de concilier le statut d’être humain avec un vécu quotidien heureux et exempt de souffrances.
Il suffit de consulter les statistiques actuelles pour se rendre compte des effets de toute forme de souffrance psychologique et/ou sociale : Lire la suite