3 mythes de l’amour : de la croyance à la pleine conscience

1ère Partie »2ème Partie3ème Partie

« Il est facile et rapide de tomber amoureux, le vrai défi c’est de le rester »

3 mythes de l’amour  de la croyance à la pleine conscience

 

Examinons ensemble quelques vérités qui semblent absolues au sein de notre société moderne sous l’angle de l’ACT (thérapie d’acceptation et d’engagement)*.

Mythe de l’amour 1 – Le Partenaire Parfait

Êtes-vous encore à l’instar de Pénélope entrain de faire et défaire votre ouvrage en attendant que votre hypothétique Ulysse revienne de sa longue épopée ?
Croyez-vous qu’il existe quelque part dans ce monde attablé à une terrasse un être parfait qui vous attend ?
Êtes-vous persuadé qu’un jour une personne vous prendra par la main et que vous danserez ensemble sans difficultés ni obstacles pour le restant de vos jours ?

Si oui, peut-être ne savez vous pas qu’il y a un homme dans le costume de Casimir ou êtes-vous encore convaincu que celui qui mange la carotte durant la nuit de Noël est l’âne.

Il n’existe ni partenaire ni couple parfait, il n’y a que deux sortes de couples : ceux qui ont une relation merveilleuse et ceux que nous connaissons bien.

On vous propose ici de laisser de côté ces pensées de perfection profondément ancrées au sujet du couple parfait et d’examiner le comportement que votre partenaire devrait avoir pour être le meilleur au monde.
On vous propose également de prendre conscience de tous les jugements que vous avez à son égard ainsi que de l’ensemble de vos pensées négatives.
Prenez un moment pour observer l’effet de ceux-ci lorsque vous les laissez prendre le commandement.
Votre relation est-elle plus riche ou au contraire s’amenuise-t-elle ?

L’amour c’est mettre ensemble deux personnes qui ont des pensées et des sentiments différents, des attentes distinctes au sujet des choses de la vie.
Vouloir gommer ces divergences ne mènerait qu’à la frustration et à la déception.
Pour y faire face, il sera nécessaire de déployer une bonne communication, une capacité de négociation et surtout apprendre à « écouter » et à accepter les différences de l’autre :
« Il est important que j’apprenne à être d’accord avec le fait que l’autre ne soit pas d’accord ».

Mythe de l’amour 2 – Tu me complètes !

Je tiens à partager avec vous une vérité importante : « Vous êtes né complet ».
Mais votre esprit aime vous jouer des tours et accompli ce pourquoi il a été conçu : « porter un jugement autocritique ».
Ce fonctionnement a permis et permet encore à notre espèce de survivre. En interrogeant votre comportement, il rend possible un ajustement continuel à une certaine norme groupale.
En d’autres temps, être exclu du groupe était l’équivalent d’une mort certaine.
Votre cerveau vous prévient en permanence d’un potentiel danger dans l’optique de vous maintenir en vie.
Dès lors, lorsqu’il vous dit que sans l’autre la vie est difficile voire impossible, il ne fait que son travail de protection. Il vous bassinera en permanence à propos des manques, des doutes et de l’indécision que vous vivez au quotidien.

Cependant si vous êtes prêt à ne pas écouter tout ce qu’il vous raconte et à vous considérer comme un être entier et complet (même sans la présence de l’autre), vous pourrez développer une relation saine et épanouie avec votre partenaire.
Ce sentiment vous permettra de conserver une certaine indépendance, de rester fidèle à vous même, de vous affirmer, de refuser et même de demander ce dont vous avez besoin sans craindre le rejet et l’abandon.
Par contre, si vous choisissez de vous accrocher à cette pensée (que vous êtes incomplet sans l’autre) vous risquez de vous comporter comme une personne exigeante, dépendante et incapable de rester seule.

Mythe de l’amour 3 – L’amour devrait être éternel

Qu’est ce que l’amour ?
La majorité des gens répond à cela en disant que c’est un ensemble d’émotions agréables, de sensations positives qui vous font pousser des ailes…
Si vous pensez que l’amour est une émotion, dès lors l’amour ne peut être éternel car les émotions vont et viennent comme les nuages dans le ciel.
Bien entendu durant la période de lune de miel, au début d’une relation (entre 6 et 18 mois), les sentiments sont plus constants et les fluctuations moindres. Les partenaires se conduisent l’un envers l’autre et se perçoivent comme s’ils avaient consommé des psychotropes.
Pour certains, la fin de cette période sonne le glas de leur couple. C’est justement ici que se situe le « danger » d’une vue monolithique de l’amour.

Imaginons maintenant que l’amour est une action.
Nous l’avons vu, les sentiments amoureux vont et viennent au grès et au vent des humeurs et des caprices.
Lorsqu’on fait cette distinction essentielle, on peut poser un acte d’amour même lorsque nous sommes traversés par une émotion dite négative comme la colère.
Pour y arriver il faut s’ouvrir et laisser de la place à vos émotions sans les laisser vous envahir, cesser de penser que vous avez raison, qu’il/elle a tort ou que vous détenez la vérité.
Ensuite, reconnectez-vous aux valeurs importantes au sein de votre couple et posez un acte engagé.

Être capable de poser un acte d’amour même et surtout lorsque tout en nous nous pousse dans une direction contraire procure un réel sentiment de liberté.

La semaine prochaine nous vous proposerons un exercice expérientiel qui permettra de poser un premier pas vers l’action amoureuse.

by +David Vandenbosch, by +Zied Ben Soltana, et Noémie Ackerman

photo credit http://www.flickr.com/photos/jdhancock/4354438814/

The following two tabs change content below.

David Vandenbosch

Psychologue, Formateur conférencier en ACT et en Mindfulness, Membre fondateur et ex-trésorier de l’AFSCC, il s’est formé au coaching et à l’intervention en thérapie brève. Il est également diplômé en thérapie cognitive et comportementale à l’Université Claude Bernard de Lyon. Si vous ne le trouvez pas en ligne c’est sans doute parce qu’il arpente les rues d’une capitale européenne pour son “European jogging discovery”.

Une réflexion au sujet de « 3 mythes de l’amour : de la croyance à la pleine conscience »

  1. Ping : L’amour engagé, entre mythes et défi| Formations Thérapie ACT

Laisser un commentaire