La peur de l’inconnu, et si… vous réagissiez ?

Peur de l'inconnuUn mardi du mois de décembre affairé dans ma cuisine à concocter avec amour le repas familial, je me rappelais soudain l’échéance qui se présentait à moi : je devais le jour suivant me présenter professionnellement au cours d’une soirée et ce devant une assemblée de 80 personnes en trois minutes maximum.  
Le doute m’envahit surtout quand je perçois, que les attentes de l’organisateur ne sont pas encore très claires. Premier réflexe, l’appeler pour vérifier et abaisser voire éteindre cette affreuse tension qui git et croît en moi.

Sur ce fait, je ralentis, et me rappelle ma lecture du jour, elle parlait de….

En tant qu’être humain, nous avons tous peur de l’inconnu

Nous nous trouvons souvent fort dépourvus face au flou ou l’incertitude. Une partie de nos mouvements et de nos pensées sont souvent orientés vers une réduction partielle de ce qui nous paraît pas tout à fait clair, ni précis.
Chez le médecin, en tant que patient, l’être humain préférait avoir une nouvelle claire et mauvaise qu’un diagnostique flou tout à fait inconfortable, vis-à-vis duquel il ne pourrait s’ajuster.
Le désir de savoir est chez l’homme un besoin existentiel car bien souvent le savoir est associé au pouvoir et donc l’ignorance se rapprocherait de la faiblesse.

En tant de guerre, qui promet la certitude et la promulgue avec conviction est bien souvent un leader écouté et suivi. Dans ce climat d’incertitude lié au contexte, ébranlé par le flou ambiant on risque de se tourner vers celui qui nous rassure en donnant l’impression de savoir où il va.
Quand nous sommes malades nous posons le médecin sur un piédestal. Petits, nous nous tournions vers nos parents pour qu’ils réduisent notre inquiétude. Encore maintenant, certains se tournent vers Dieu en partie pour cet inconfort lié à l’inconnu, pourtant indissociable de la vie.

Actuellement, aucune sciences ou discipline, telle que la psychologie, l’archéologie, la psychiatrie, la sociologie,… ne pourraient expliquer l’entièreté de notre pensée en tant qu’individu ou espèce humaine. Des zones d’ombres (sans connotation liées à ce mot) subsistent. Pour y pallier, certaines orientations ont créés des paniers, explicatifs, un peu fourre-tout qui permettent de nommer ce qu’on ne peut “encore” expliquer : le plus connu de ceux-ci est l’INCONSCIENT.

Cependant, malgré ces stratagèmes et ces subterfuges multiples, le doute subsiste. Encore lui…

Je vous invite à placer un temps de pause et vous permettre de revenir sur certains gestes que vous accomplissez au quotidien.
Lorsque vous prenez le bus, votre premier réflexe est-il peut-être le même que le mien : vous scrutez l’horaire. Vous savez que dans bien des cas, il ne sera pas, tout à fait respecté (ceci n’est pas une critique détournée sur notre société des transports en commun qui fait un boulot formidable dans des conditions pas toujours évidentes)  mais vous le consultez quand-même. Ensuite, bien souvent, vous pestez en regardant votre montre à répétitions et en pensant au retard occasionné par cette attente non désirée.

Bon nombre d’entre nous, moi y compris, consultons sur plusieurs supports le bulletin météo : à la radio, à la TV, sur sa tablette ou son Smartphone,…
Certains sont mêmes devenus des «consulteurs » compulsifs de l’état du ciel d’aujourd’hui, demain et même dans 10 jours. Rappelez-vous, également, de votre comportement ou celui d’un proche lorsque vous partez en vacances ou au ski. Combien de fois vérifiez-vous ou consultait-il les précipitations, les cm de neige, l’ensoleillement,….les précipitations, les cm de neige, l’ensoleillement,… ?

Décidément, nous n’aimons pas toujours et toujours pas l’incertitude.

Croyez-vous vraiment à l’horoscope ?
Si on posait cette question à la majorité des être humains sensés, ils affirmeraient qu’ils ne croient pas du tout en cela. Cependant, le païen incrédule que je suis, ira quand même consulter « on sait jamais, pour rire » ou tout autre raison type « bonne excuse » 🙂 Et vous ?
Le futur est un mystère et même le présent comporte sa part d’imprévu.

Pourquoi a-t-on peur de l’inconnu ?

Arrêtons-nous un moment, chaussons nos lunettes d’évolutionnistes, et regardons cette propension à l’échelle de l’histoire de l’homme. Les théories et constats, montrent que les hommes qui ont décidés de s’établir, plutôt que de parcourir sans cesse la montagne ont eu une descendance plus nombreuses et viables et une sélection naturelle à leur avantage. Alors nous avons tous un peu hérité de cette peur salvatrice de ce qu’il y a de l’autre côté de la montagne. Cette peur de l’incertitude a sa raison d’être et sa fonction utile et adaptée à un certain contexte. Elle a appuyé la sédentarisation de l’homme et a participé à sa survie aux cours des millénaires.

Prévoir c’est aussi s’organiser et avancer. Si vous réservez les hôtels à l’avance lors de votre voyage de noce, il s’agit d’une anticipation qui conserve une part non négligeable d’utilité. Prévoir un parapluie lorsque le temps maussade et gris vite à la pluie, c’est plutôt intelligent aussi.

D’un autre côté, pensez à certains choix que vous avez oblitérés, des actions que vous avez postposées, des démarches que vous avez retardées.
Certains patients viennent me voir avec un profond malaise face à leur travail qui pour de multiples raisons ne leurs convient plus ou pire les fait souffrir de manière récurrente. Ils hésitent et craignent de multiples conséquences.
Leur cerveau leur raconte que “ce n’est pas mieux ailleurs, qu’il faut se contenter de ce que l’on a, que c’est la crise,…”. Nous n’allons pas nier, dans ce cas, une réalité, du marché de l’emploi et annoncer avec ferveur “quitter votre travail et advienne que pourra… la vie est courte “CARPE DIEM”. On pourrait fonctionner par petits pas. Constater et observer cette peur/stress/anxiété. Ensuite, lorsque ce constat est présent une première action serait d’abord tout simplement de se permettre de refaire ou remanier son CV.

Comment réagir face à l’inconnu : Réfléchir ou Agir ?

crainte de l inconnu

Lorsque je travaillais dans l’aide aux personnes en difficulté professionnelle, j’ai eu l’occasion de faire face à l’inconnu : un choix. Un poste de coordinateur s’ouvrait dans cette association, et ce au moment où je sentais que ma fonction actuelle bien que passionnante était arrivé à saturation. En continuant je risquais d’emprunter la voie descendante de la motivation.
J’avais également l’envie d’orienter ma vie vers dans une autre direction, d’être à mon propre compte.

J’ai vécu deux semaines de doute et de malaise très importants, taraudé sans cesse par de lancinantes questions.

  • D’un côté je continuais dans une direction toute tracée, que je connaissais bien, avec des collègues que j’appréciais mais dans un cadre très limitant à mon point de vue.
  • De l’autre, l’inconnu pour moi, le terrible et dangereux monde de l’indépendance…

Paralysé par la réflexion sur mon potentiel avenir, j’ai décidé de poser un acte : « rédiger ma lettre de candidature ».
Cette action m’a permis d’avancer et de réaliser ce que je désirais réellement.

Dès lors, j’ai contacté ma responsable, la peur au ventre, pour lui annoncer que je ne voyais pas mon avenir dans cette fonction. Je me suis senti libéré d’un poids, je me suis rendu compte de la lourdeur du changement et de la nécessité de ralentir pour asseoir ses choix, même si cela se révèle difficile et douloureux.

Parfois, comme nous l’avons vu, nous préférons une situation inconfortable et connue à un avenir potentiellement meilleur.

Dans votre vie, il existe peut-être des actions à réaliser que vous laisser en suspens, en partie par peur de cette incertitude, des choses que vous remettez au lendemain.
Quelles sont-elles ?
Un voyage, une vérité importante à dire, une personne à voir, un livre à écrire, un ami à contacter, un cours ou une formation à commencer, une parole à donner,….

Ces fameux actes sont souvent liés à certaines phrases célèbres que vous avez probablement croisées un jour :

  • Dès que cela ira mieux…
  • Demain…
  • Ce n’est pas le moment…
  • Et si…cela ne marche pas…
  • Et si il/elle me rejette…
  • Oui …mais…
  • Je ne suis pas sûr… pas prêt,….

Ces gardiens fidèles qui viennent donner une bonne raison pour ne pas commencer, qui se placent entre vous et cette peur de l’inconnu.

Comment faire face à l’inconnu ?

Pourquoi ne pas prendre la décision d’accepter l’évidence : parfois on ne sait pas et on ne peut pas savoir.
Il ne s’agit pas ici de se résigner à une fatalité qui nous dépasse mais de choisir consciemment un comportement, un petit pas qui nous sort de la torpeur.

« Vous ne savez pas qui vous êtes, agissez et l’action vous définira. » – T. Jefferson

L’acceptation a comme effet à long terme de ressentir et de percevoir l’incertitude avec plus de sérénité et de pouvoir s’engager en sa compagnie dans ce qui est important pour vous.

Pas à pas, jour après jour, l’acceptation vous permettra de vous ouvrir à ce qui vous arrive et pourrait vous arriver et vous préparera à l’accueillir comme un invité.

« Et si… » vous passiez de la crainte de l’inconnu à l’émerveillement d’un monde en marche, que se passerait-il ?

 

Photo credit http://www.flickr.com/photos/pagedooley/4114167117/sizes/m/in/photostream/

http://www.flickr.com/photos/papalars/2467222214/sizes/z/in/photostream/

The following two tabs change content below.

David Vandenbosch

Psychologue, Formateur conférencier en ACT et en Mindfulness, Membre fondateur et ex-trésorier de l’AFSCC, il s’est formé au coaching et à l’intervention en thérapie brève. Il est également diplômé en thérapie cognitive et comportementale à l’Université Claude Bernard de Lyon. Si vous ne le trouvez pas en ligne c’est sans doute parce qu’il arpente les rues d’une capitale européenne pour son “European jogging discovery”.
Cette entrée a été publiée dans Formations le par .

A propos David Vandenbosch

Psychologue, Formateur conférencier en ACT et en Mindfulness, Membre fondateur et ex-trésorier de l’AFSCC, il s’est formé au coaching et à l’intervention en thérapie brève. Il est également diplômé en thérapie cognitive et comportementale à l’Université Claude Bernard de Lyon. Si vous ne le trouvez pas en ligne c’est sans doute parce qu’il arpente les rues d’une capitale européenne pour son “European jogging discovery”.

Laisser un commentaire